arrêter


arrêter

arrêter [ arete ] v. <conjug. : 1>
arester XIIe; lat. pop. arrestare, class. restare « s'arrêter » → rester
I V. tr. A
1Empêcher (qqn ou qqch.) d'avancer, d'aller plus loin; suspendre le mouvement, faire rester sur place. immobiliser, retenir. Des agents arrêtent la foule. contenir, maintenir. Au voleur ! Arrêtez-le ! Arrêter un passant pour lui parler. aborder, accoster. « je retins mon cheval lancé sur ses quatre pieds et je l'arrêtai court » (Gautier). Arrêter sa voiture. 1. stopper. Arrêter le navire en jetant l'ancre. mouiller. Suspendre le fonctionnement de. Arrêter une machine. Arrête la radio ! éteindre.
2Interrompre ou faire finir (une activité, un processus). Arrêter une hémorragie. étancher, tarir. Arrêter le cours de qqch. intercepter, interrompre. Loc. On n'arrête pas le progrès. « Rien ne peut arrêter le temps » (Fénelon). Arrêter une action, un projet. Dieu « Sait aussi des méchants arrêter les complots » (Racine). Fam. Arrête ton cirque !
Littér. Faire cesser (un sentiment, une tendance). contenir, refréner, réprimer, retenir. « J'ai trop souvent permis à ma raison d'arrêter l'élan de mon cœur » (A. Gide).
3Empêcher (qqn) d'agir ou de poursuivre une action. Rien ne l'arrête quand il a choisi. 1. entraver, paralyser, retarder, retenir (cf. Tenir en échec). Se trouver arrêté par une difficulté, un obstacle. « Il fut tout près de mettre fin à sa vie. Seul son inflexible sentiment moral l'arrêta » (R. Rolland).
Spécialt Empêcher de parler. interrompre. Là, je vous arrête tout de suite.
4Appréhender, retenir prisonnier. Les gendarmes l'ont arrêté à l'aube. capturer, s'emparer (de) , empoigner (cf. Mettre la main au collet, le grappin sur qqn). Il vient de se faire arrêter (fam. agrafer, alpaguer, attraper, choper, coffrer, cueillir, emballer, embarquer, épingler, gauler, harponner, pincer, piquer, poisser) .
5Fam. Interrompre l'activité professionnelle de (qqn) par un arrêt de travail. Le médecin l'a arrêtée (pour) huit jours.
B
1Empêcher (qqch.) de bouger, de remuer, maintenir en place. assujettir, bloquer, fixer, maintenir, retenir. Arrêter une roue au moyen d'un sabot, d'un frein, d'une chaîne. Le cliquet arrête la roue. 2. enrayer. Arrêter un point (en cousant) :faire un nœud pour que le fil ne s'échappe pas. Arrêter les mailles d'un tricot. rabattre.
2Tenir fixé. Arrêter ses yeux, ses regards sur qqch. Fig. Arrêter son attention, sa pensée, son esprit. attacher, fixer. « Si l'on arrête les yeux sur le monde actuel » (Chateaubriand).
3Arrêter son choix, sa décision, son parti sur qqch. fixer.
Par ext. Fixer par un choix. Vx Arrêter un domestique. engager. Mod. Arrêter le lieu, le jour d'un rendez-vous. convenir (de), décider, déterminer, fixer, régler. Arrêter un marché. conclure. « sans arrêter aucun projet dans ma tête troublée » (Loti). Arrêter de faire qqch. décider, résoudre. Littér. Ils arrêtèrent d'agir ensemble. Impers. Il a été arrêté qu'on remettait à huitaine. Spécialt Prendre un arrêté. Le ministre, le préfet, le maire arrête que...
II V. intr.
1Cesser d'avancer, faire halte. Dites au chauffeur d'arrêter. Voulez-vous arrêter ?
2Cesser de parler ou d'agir. Arrêtez ! N'en dites pas plus. Il travaille sans cesse, il n'arrête pas. fam. décrocher, dételer.
3Arrêter de (et l'inf.) :cesser de. Arrête de gesticuler. Arrête, je t'en prie !
III ♦ S'ARRÊTER v. pron.
1Suspendre sa marche, ne pas aller plus loin. S'arrêter en chemin. Passer sans s'arrêter. S'arrêter, descendre, mettre pied à terre pour se reposer (cf. Faire halte). La voiture s'est arrêtée au feu rouge. 1. stopper. Ce train s'arrête à toutes les gares, c'est un omnibus. S'arrêter longtemps en un lieu. demeurer, se fixer, séjourner, stationner. « On s'arrête, on s'assied, on voit passer la foule » (Lamartine). La route s'arrête ici. se terminer. Fig. S'arrêter en bon chemin : renoncer à une entreprise qui avait bien commencé. Ne vous arrêtez pas en si bon chemin !
(Sujet chose) Ne plus fonctionner (mécanisme). Ma montre s'est arrêtée.
2S'interrompre ou finir (processus, action). Le bruit s'arrête. Fam. C'est bon quand ça s'arrête ! Cesser de couler. L'hémorragie s'est arrêtée.
(Personnes) Cesser d'agir, d'exercer une action. cesser. Il ne veut pas s'arrêter. Travailler sans s'arrêter. dételer, discontinuer. S'arrêter de fumer. spécialt Cesser de parler. Il s'arrêta net, court.
3Fixer son attention sur, prendre garde, faire attention à. Il ne faut pas s'arrêter aux apparences, aux détails. S'arrêter sur une pensée. méditer.
Vx ou littér. S'appesantir, insister (sur). s' attarder.
4Fixer son choix sur. Il ne savait à quelle solution s'arrêter, quel parti prendre.
⊗ CONTR. 1. Aller, marcher, mouvoir (se); accélérer, hâter. — Poursuivre, reprendre.

arrêter verbe transitif (latin populaire arrestare, du latin classique restare, rester) Empêcher un être ou une chose d'aller plus avant, de continuer son mouvement ; assujettir, maintenir en place, bloquer une chose mobile : Arrêter un passant pour lui demander l'heure. Il arrêta avec son pied la porte qui se refermait. Interrompre, faire cesser le fonctionnement d'un mécanisme, d'un appareil : Arrête la radio, on ne s'entend plus. Interrompre, stopper un mouvement, un processus, une évolution : Arrêter une hémorragie avec un garrot. Suspendre, faire cesser une action, une entreprise en cours : Arrêter la réalisation d'un programme. Interrompre, cesser ce qu'on est en train de faire : Elle n'arrête pas de se plaindre. Empêcher quelqu'un de poursuivre son action, ses desseins ; en particulier, empêcher quelqu'un de parler, l'interrompre : Quand il veut quelque chose, rien ne l'arrête. Si on l'arrête constamment, jamais il ne terminera son exposé. Appréhender quelqu'un par autorité de justice ou de police, l'incarcérer : On n'a pas arrêté les auteurs de ce vol. Familier. Autoriser quelqu'un à suspendre son travail pour raison de santé : Le médecin l'a arrêté 8 jours. Attacher les yeux ou concentrer une faculté sur quelque chose, quelqu'un, pour observer, étudier, comprendre : Arrêter sa pensée sur une idée. Fixer, décider quelque chose de façon précise et définitive ; édicter par un arrêté : Parti qui arrête sa tactique pour les élections. Faire l'arrêté d'un compte. Procéder à l'arrêt d'un tricot ; faire un point d'arrêt. ● arrêter (difficultés) verbe transitif (latin populaire arrestare, du latin classique restare, rester) Sens 1. Arrêter de = cesser de. Remarque Cette construction naguère critiquée fait aujourd'hui partie de l'usage courant. Dans l'expression soignée, on peut la remplacer par cesser de : j'ai cessé de fumer. 2. Arrêter que (+ indicatif) = décider que. Le maire arrête que le stationnement est interdit sur la place les jours de marché. Remarque Dans ce sens, les constructions arrêter de (+ infinitif) et arrêter que (+ subjonctif), fréquentes dans la langue classique, sont aujourd'hui littéraires et vieillies. ● arrêter (expressions) verbe transitif (latin populaire arrestare, du latin classique restare, rester) Arrêter le regard, l'esprit, etc., de quelqu'un, retenir son attention, son intérêt. Arrêter ses soupçons sur quelqu'un, le soupçonner. Ne pas arrêter, travailler sans relâche. ● arrêter (homonymes) verbe transitif (latin populaire arrestare, du latin classique restare, rester)arrêter (synonymes) verbe transitif (latin populaire arrestare, du latin classique restare, rester) Empêcher un être ou une chose d'aller plus avant, de...
Synonymes :
- accrocher (familier)
Interrompre, faire cesser le fonctionnement d'un mécanisme, d'un appareil
Contraires :
- mettre en marche
Interrompre, stopper un mouvement, un processus, une évolution
Synonymes :
Contraires :
- accélérer
Suspendre, faire cesser une action, une entreprise en cours
Synonymes :
Contraires :
- accélérer
- développer
Empêcher quelqu'un de poursuivre son action, ses desseins ; en particulier...
Synonymes :
Appréhender quelqu'un par autorité de justice ou de police, l'incarcérer
Synonymes :
- appréhender
- incarcérer
Contraires :
- élargir
- libérer
- relâcher
arrêter verbe intransitif Familier Cesser d'avancer, stopper, en parlant d'un véhicule ; cesser de fonctionner, en parlant d'un appareil : Le bus arrête à Vavin. En parlant d'un chien, demeurer immobile dès qu'il perçoit ou sent le gibier. ● arrêter (expressions) verbe intransitif Familier Ne pas arrêter, en parlant de quelque chose, se produire de façon continue ou se répéter fréquemment. ● arrêter (homonymes) verbe intransitif Familier

arrêter
v.
rI./r v. tr.
d1./d Empêcher d'avancer. Arrêter un passant, une voiture.
d2./d Empêcher d'agir. Le moindre obstacle l'arrête.
d3./d Interrompre (un processus). Arrêter une hémorragie.
d4./d Appréhender (qqn). Arrêter un bandit.
d5./d Déterminer par choix. Arrêter une date.
d6./d Fig. Tenir fixé. Arrêter sa pensée, ses regards sur.
rII./r v. intr.
d1./d Cesser d'avancer. Chauffeur, arrêtez!
d2./d Cesser d'agir ou de parler. Il n'arrête jamais.
rIII/r v. Pron.
d1./d Cesser d'aller ou d'agir. Le train de Paris à Cologne s'arrête à Liège. S'arrêter de peindre.
d2./d Cesser de fonctionner. La pendule s'est arrêtée.
d3./d S'arrêter à: fixer son attention sur. S'arrêter à l'essentiel.

⇒ARRÊTER, verbe.
I.— Emploi trans.
A.— Interrompre ou faire cesser un mouvement ou une marche.
1. Arrêter qqc.
a) [Le compl. désigne une chose ou un animal en mouvement]
[Le compl. désigne une chose ou un animal qui se déplace]
♦ Empêcher d'avancer :
1. Au bas de la rue Montmartre, un embarras de voitures arrêta le fiacre. Les jeunes gens, qui avaient baissé la glace, entendaient la voix furieuse de Bachelard s'empoignant avec les cochers. Puis, quand la voiture se fut remise à rouler, Gueulin donna des détails sur Clarisse.
ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 131.
♦ Faire obstacle au passage de :
2. ... le magma est conduit à travers des appareils d'épuration de trois types différents installés en cascade. Ce sont les sabliers où se déposent sables et graviers; les épurateurs plats et rotatifs où sont arrêtés les fibres restées en faisceaux, les fils et plaquettes de pâte; enfin les épurateurs centrifuges qui arrêtent les matières légères : particules de charbon, caoutchouc, liège, etc.
La Civilisation écrite, 1939, p. 607.
♦ Empêcher d'arriver à destination :
3. La receveuse, Mlle Monod, était seule dans la confidence; elle avait arrêté plusieurs lettres d'Anne : ...
MAURIAC, Thérèse Desqueyroux, 1927, p. 207.
En partic., se disait des agressions, des vols sur les routes. Arrêter une diligence (POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Château des sept portes, 1922, p. 43).
[Le compl. désigne une chose qui bouge, qui remue] Empêcher de bouger. ,,Arrêter une persienne que le vent agite.`` (Ac. 1835, 1878).
Au fig. [Avec un compl. abstr.] Limiter, borner, retenir :
4. ... l'intelligence de l'homme ne peut rester stationnaire : si vous ne l'arrêtez pas, elle avance; si vous l'arrêtez, elle recule; si vous la découragez sur elle-même, elle ne s'exercera plus sur aucun objet qu'avec langueur.
CONSTANT, De l'Esprit de conquête, 1813, p. 231.
Arrêter le regard. Le retenir :
5. Cette femme aux traits réguliers, épaisse, lourde, à la voix bête, est marquée du signe de celles qui n'arrêtent pas un regard, qui ne fixent pas une pensée. Elle me semble belle, pourtant, au long de ces nuits, d'une beauté étrangère à elle-même, empruntée à son désespoir. N'existe-t-il un homme que cet incendie attirerait?
MAURIAC, Le Nœud de Vipères, 1932, p. 292.
[Le compl. désigne une chose qui fonctionne, un mécanisme] Interrompre le fonctionnement :
6. Il résulteroit de grands inconvéniens, s'il pouvoit dépendre de nous d'arrêter, à notre gré, soit les mouvemens de notre cœur ou de nos artères, soit les fonctions de nos viscères ou de nos organes sécrétoires et excrétoires; mais aussi il importe, pour que nous puissions satisfaire à tous nos besoins, que nous ayons à notre disposition une portion de notre fluide nerveux pour l'envoyer aux parties que nous voulons faire agir.
LAMARCK, Philos. Zool., t. 2, 1809, p. 203.
[Le compl. désigne une chose qui s'écoule] Empêcher de couler, faire obstacle à l'écoulement de :
7. ... la nappe des eaux souterraines n'est pas arrêtée par ce talus; elle s'introduit sous les graviers perméables qui forment le sol de la Hart et des parties défrichées, biens qu'analogues, qui lui font suite. Ces graviers sont secs à la surface; les cours d'eau s'y infiltrent et disparaissent; ...
VIDAL DE LA BLACHE, Tabl. de la géogr. de la France, 1908, p. 223.
b) [Le compl. désigne le mouvement lui-même ou une action]
[Le mouvement lui-même, l'écoulement] L'interrompre, le faire cesser :
8. Comme au palais de la Belle au bois dormant, le sommeil avait suspendu toutes les vies, arrêté tous les mouvements! La paralysie du maître avait du même coup paralysé les serviteurs et s'était étendue jusqu'aux instruments!
VERNE, Les 500 millions de la Bégum, 1879, p. 243.
[Une action] L'empêcher de s'accomplir :
9. À côté des substances que nous venons d'étudier et qui favorisent le développement cellulaire, il existe une série d'autres substances dont la présence dans le milieu retarde ou arrête complètement ce développement.
J. VERNE, La Vie cellulaire hors de l'organisme, 1937, p. 13.
Spécialement
AGRIC. ,,Couper la sommité d'une tige ou d'une branche, pour y suspendre la végétation.`` (Ac. Compl. 1842) :
10. L'ail réussit parfaitement en bordures... On plante les caïeux à 15 centimètres de distance, et lorsque la tige a acquis tout son développement, on en fait un nœud pour arrêter l'ascension de la sève, et concentrer toute son action sur la racine.
A. GRESSENT, Le Potager moderne, 1863, p. 581.
COUT. Arrêter un point. Faire un nœud au dernier point d'une couture afin que le fil ne s'échappe pas.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe siècle.
DR. Saisir, par voie de justice.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe siècle.
Saisir-arrêter. Opérer une saisie-arrêt.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe siècle.
2. [Le compl. d'obj. est un subst. désignant une pers. ou un subst. coll.] Arrêter qqn.
a) [Correspond à arrêt]
♦ L'empêcher d'avancer :
11. Les feldgrau ont atteint nos tranchées de bordure, et ils s'expliquent avec les quelques pauvres bougres que le bombardement n'a pas broyés. Mais n'importe. Le barrage arrêterait les suivants.
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, Verdun, 1938, p. 61.
♦ L'empêcher d'agir :
12. ... vers les deux heures, Berthelot, n'y tenant plus, lui jetait à travers une de ses phrases : « Oui, voyez-vous, tout le mal vient des catholiques! » Dans son innocence, Berthelot croyait que cette gaminerie allait produire une diversion, arrêter l'orateur. Mais Trochu, se tournant vers lui, disait simplement : « Le robinet est lâché, il faut qu'il coule! » Et sans donner dans le piège, continuait imperturbablement.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1875, p. 1089.
♦ Le retarder, le retenir (au propre ou au fig.) :
13. On conçoit, qu'avec cette liberté, il [le physicien] se joue des difficultés qui arrêtent l'analyste. Il peut toujours raisonner comme si toutes les fonctions qui s'introduisent dans ses calculs étaient des polynômes entiers.
H. POINCARÉ, La Valeur de la sc., 1905, p. 155.
b) [Correspond à arrestation] Appréhender quelqu'un, le retenir prisonnier :
14. Tout homme ne doit être arrêté et détenu qu'en vertu d'un mandat judiciaire, c'est-à-dire qu'on ne décernera plus de lettres de cachet.
G. LEFEBVRE, La Révolution fr., 1963, p. 166.
B.— Fixer son attention sur quelqu'un ou quelque chose en vue de l'examiner ou de conclure.
1. Fixer son regard ou son attention sur quelque chose ou sur quelqu'un en vue de l'examiner. Arrêter ... sur qqn ou sur qqc.
a) [Le compl. d'obj. désigne les yeux, le regard] Fixer les yeux, le regard sur quelqu'un ou sur quelque chose, tenir son regard fixé sur quelqu'un ou sur quelque chose :
15. Alors une terreur profonde et invincible s'empara de lui; il n'osa plus presser cette main qui pendait hors du lit, il n'osa plus arrêter ses yeux sur ces yeux fixes et blancs qu'il essaya plusieurs fois mais inutilement de fermer, et qui se rouvraient toujours.
A. DUMAS Père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 241.
b) [Le compl. d'obj. désigne la pensée, l'esprit, l'attention] Considérer avec attention, réfléchir, se concentrer, empêcher la mobilité de l'esprit, le fixer sur quelque chose :
16. Le désir de découvrir du nouveau empêche d'arrêter la pensée sur la signification transcendante, irreprésentable de ce qui est déjà découvert.
S. WEIL, La Pesanteur et la grâce, p. 1943, 132.
2. Fixer, déterminer quelque chose de manière à assurer la conclusion d'un débat, d'un travail, etc.
a) [Le compl. désigne les moyens d'une action] Prendre une résolution, une décision, seul ou en accord avec d'autres :
17. Dès le premier moment, je l'ai dit, ma résolution fut arrêtée; elle ne me coûta pas à prendre, mais elle fut douloureuse à exécuter. Lorsqu'à Lourdes, au lieu de tourner au midi et de rouler vers l'Italie, je pris le chemin de Pau, mes yeux se remplirent de larmes; j'avoue ma faiblesse.
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 566.
b) [Le compl. désigne les circonstances de lieu, de temps d'une action] :
18. ... je partais, seul, dès la première pointe du matin, après avoir arrêté l'heure et l'endroit où Lucien me rejoindrait...
P. BOURGET, Le Disciple, 1889, p. 206.
c) [Le compl. désigne une pers. ou une chose] P. ext., vieilli. Fixer son choix de manière définitive. Arrêter qqn. Le retenir, l'engager à son service. Arrêter qqc. Le retenir, s'en assurer d'avance l'usage :
19. « ... Allons donc! s'écria Passepartout en faisant entendre un retentissant éclat de rire! Je savais bien que vous ne pourriez pas vous séparer de nous. Venez retenir votre place, venez! » Et tous deux entrèrent au bureau des transports maritimes et arrêtèrent des cabines pour quatre personnes.
VERNE, Le Tour du monde en 80 jours, 1873, p. 101.
d) [Le compl. désigne une œuvre, une réalisation, quelque chose que l'on fait, ...] Terminer, déterminer de façon définitive pour ne plus y toucher :
20. Vous pouvez annoncer, dès aujourd'hui, les deux volumes de contes dont les titres et les sujets sont parfaitement arrêtés : Les souffrances de l'inventeur. — Aventures administratives d'une idée heureuse et patriotique. — César Birotteau. — Le prêtre catholique.
BALZAC, Correspondance, 1833, p. 416.
Arrêter un compte. Le régler de manière définitive. ,,Arrêter un compte, c'est faire les totaux du débit et du crédit de ce compte, et en déterminer le solde, s'il y a lieu.`` (Lar. comm. 1930, s.v. arrêté de compte).
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe s. ainsi que ds DG, Lar. encyclop. et QUILLET 1965.
Rare. Arrêter qqc. dans :
21. L'esprit brouillon est une sorte d'impatience chétive des limites. Les mêmes tempéraments, qui n'arrivent pas à arrêter leur vie personnelle dans un choix décidé, aiment se barbouiller d'internationalisme et de toutes les religions du monde, par impuissance de vivre pleinement une nation ouverte ou une religion universelle.
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 718.
B.-A. Terminer, fixer les masses, les parties principales, les contours d'une œuvre, d'une composition, d'un dessin, d'une peinture :
22. « J'ai découvert le secret, vous voyez! Ainsi regardez-moi cette petite femme à coiffure de sphinx qui danse avec un postillon russe, c'est net, sec, arrêté, tout en méplats et en ton crus : de l'indigo sous les yeux, une plaque de cinabre à la joue, du bistre sur les tempes; pif! paf! » Et il jetait, avec le pouce, comme des coups de pinceau dans l'air.
FLAUBERT, L'Éducation sentimentale, t. 1, 1869, p. 150.
e) Arrêter que, de. Décider que, de :
23. Délibération du Corps municipal, du 7 décembre 1791. Lu le rapport fait par les commissaires de la Garde nationale d'un mémoire des musiciens attachés à la Garde nationale, par lequel ils exposent la nécessité de pourvoir à leur conservation. Le Corps municipal arrête que M le Maire (Pétion) enverra incessamment au Directoire du département une copie du rapport des commissaires de la Garde nationale, ...
L'Enseign. en France. L'Enseign. de la mus. et l'éduc. musicale, t. 1, 1950, p. 7.
Spéc. Prendre un arrêté (cf. arrêté III).
II.— Emploi intrans.
A.— Cesser d'avancer, faire une halte, une station :
24. Arrivés près du mont où naquit saint François, un moment l'on arrête pour laisser respirer après si longue traite les chevaux fatigués; chacun s'élance à bas du coche et me voilà debout, croisant les bras, de long en large allant, flânant; ...
BARBIER, Satires, Une Réfutation d'Horace, 1865, p. 123.
B.— Cesser d'agir, de parler. Ne pas arrêter de faire quelque chose. Ne pas cesser de faire quelque chose, faire quelque chose sans répit, sans arrêt :
25. L'idée de revoir les lieux où s'était passée sa jeunesse l'exaltait sans doute, car tout le long du chemin il n'arrêta pas de discourir; ...
FLAUBERT, Madame Bovary, t. 2, 1857, p. 130.
Rem. Cet emploi intrans. qualifié de vx ds QUILLET 1965, est surtout fréq. à l'impératif :
26. Tais-toi, ami, tais-toi, arrête. — Calme, calme ta tête brûlante. Laisse passer en silence tes emportements, et n'épouvante pas cette jeune femme qui t'est étrangère.
VIGNY, Chatterton, 1835, p. 295.
[Le suj. est un subst. d'action] Cesser :
27. N'est-il pas vrai, monsieur Durtal, disait le frère Blanche, que le but de la vie monastique devrait être la louange ininterrompue de Dieu? — Certainement, petit frère, mais pour vous consoler de ne pouvoir réaliser ce projet, persuadez-vous que la louange pérennelle subsiste, non dans un Ordre particulier mais dans tous les Ordres réunis ensemble; la prière des congrégations n'arrête jamais; les couvents des diverses observances se relaient entre eux...
HUYSMANS, L'Oblat, t. 2, 1903, p. 47.
C.— Spécialement
1. VÉN. [En parlant d'un chien] Demeurer immobile dès qu'il voit ou sent le gibier :
28. George Le Roi observe que, quoique le chien n'arrête point naturellement, les excellentes chiennes d'arrêt font des petits qui très souvent arrêtent, sans leçon préalable, la première fois qu'on les met en présence du gibier.
STENDHAL, Hist. de la peint. en Italie, t. 2, 1817, p. 78.
2. ÉQUIT. Arrêter et rendre. Former des demi-temps d'arrêts successifs.
Rem. Attesté ds Ac. 1835-1932, BESCH. 1845, LITTRÉ, QUILLET 1965.
3. ESCR. ,,Prendre un coup d'arrêt.`` (Ac. Compl. 1842 qui l'atteste seul; cf. arrêt I A 1 a spéc.).
III.— Emploi pronom.
A.— [Le suj. désigne une chose ou un animal]
1. [Le suj. désigne un animal ou une chose doués de mouvement ou mis en mouvement]
a) Cesser d'avancer :
29. Telles étaient les inquiétudes de ces anciens peuples, qui, voyant le soleil s'éloigner de leurs climats, craignaient qu'un jour il ne vînt à les abandonner tout-à-fait : de là ces fêtes de l'espérance, célébrées au solstice d'hiver, lorsque les hommes virent cet astre s'arrêter dans sa marche rétrograde, et rebrousser sa route pour revenir vers eux.
DUPUIS, Abr. de l'orig. de tous les cultes, 1796, p. 145.
En partic. [Le suj. désigne un autobus, un train, etc.] S'arrêter à + compl. de lieu. Faire un arrêt, une station (cf. arrêt I A 1 a) :
30. Le rapide de Cherbourg ne s'arrête pas à Bourg-du-Mont. Je dus en descendre à Valognes afin de reprendre plus tard un train omnibus qui me ramènerait sept kilomètres en arrière.
BILLY, Introïbo, 1939, p. 175.
b) [Le suj. désigne une chose qui fonctionne, un mécanisme] Cesser de fonctionner :
31. 4 amortissement. — On sait que les oscillations d'un pendule ne persistent pas indéfiniment; chaque oscillation est moins ample que celle qui l'a précédée, et, après un certain nombre d'allées et venues de plus en plus petites, le pendule finit par s'arrêter. Cela est dû au frottement.
H. POINCARÉ, La Théorie de Maxwell et les oscillations hertziennes, 1899, p. 22.
Au fig. [Le suj. désigne la pensée, l'esprit, etc.] :
32. ... elle avait repris : « Je suis sûre d'aimer encore! » M. Baslèvre, aussi, en était sûr : mais, arrivée là, sa pensée s'arrêtait et toutes voix se taisaient en lui.
ESTAUNIÉ, L'Ascension de M. Baslèvre, 1919, p. 185.
c) [Le suj. désigne un liquide] Cesser de s'écouler, de couler :
33. Marguerite était livide. Elle ne disait pas une parole. De grosses larmes coulaient de temps en temps de ses yeux et s'arrêtaient sur sa joue, brillantes comme des diamants.
A. DUMAS Fils, La Dame aux Camélias, 1848, p. 263.
2. [Le suj. désigne le mouvement lui-même, une action] Cesser :
34. Une artère est coupée. Du sang jaillit en abondance. La pression artérielle s'abaisse. Le patient a une syncope. L'hémorragie diminue. Un caillot se forme dans la plaie. L'ouverture du vaisseau est oblitérée par de la fibrine. L'hémorragie s'arrête définitivement.
CARREL, L'Homme, cet inconnu, 1935, p. 239.
3. P. ext. [Le suj. désigne une chose qui n'est pas en mouvement] Ne pas aller plus loin que, ne pas s'étendre au-delà de :
35. Deux fois, après deux kilomètres environ dans le chaud silence, puis sous les branches, complètement dans l'ombre, le chemin s'est arrêté, obstrué, fermé. Je mettais pied à terre, j'écartais les branches, pour regarder.
ALAIN-FOURNIER, Correspondance [avec J. Rivière], 1911, p. 279.
4. [Le suj. désigne les yeux] S'arrêter sur :
36. En entrant dans la salle, ils virent le parterre debout et les yeux fixés sur un seul point de la salle; leurs regards suivirent la direction générale, et s'arrêtèrent sur l'ancienne loge de l'ambassadeur de Russie.
A. DUMAS Père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 777.
B.— [Le suj. désigne une pers. ou, p. ext., l'esprit, la pensée]
1. [Le suj. désigne une pers. qui se déplace]
Cesser d'avancer :
37. Ils s'arrêtèrent au bord du troupeau. Alban resta un peu en retrait. « Vous pouvez avancer, il n'y a pas de danger », dit le duc. — « Je veux d'abord voir comment se comporte ce bétail », répondit Alban, ...
MONTHERLANT, Les Bestiaires, 1926, p. 406.
Faire halte :
38. J'avais quitté Auteuil très tôt, espérant m'arrêter au Louvre en passant; mais la crainte de manquer Fargue m'a fait arriver une demi-heure trop tôt.
GIDE, Journal, 1911, p. 327.
Séjourner dans un lieu, interrompre un voyage :
39. Nous (...) descendîmes le Rhône jusqu'à Avignon, d'où nous courûmes à Vaucluse, (...). De là, traversant le Midi, saluant le pont du Gard, nous arrêtant quelques jours à Nîmes pour embrasser notre cher précepteur et ami Boucoiran et pour faire connaissance avec Madame d'Oribeau, (...), nous gagnâmes Perpignan, ...
G. SAND, Histoire de ma Vie, t. 4, 1855, p. 437.
Au fig., loc. gén. péj. Ne pas s'arrêter en si beau chemin. Continuer, poursuivre ses entreprises.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe s. ainsi que dans Ac. 1932, ROB. et Lar. encyclop. qui renvoie à chemin.
2. [Le suj. désigne une pers. qui agit, qui parle] Cesser de parler, d'agir. S'interrompre dans une action ou la cesser tout à fait :
40. Mais Haynes ne sut jamais ce que le matelot voulait dire. Celui-ci s'arrêta court, puis, sans un instant d'hésitation, étendit le bras et signala par deux coups de cloche qu'il apercevait quelque chose sur bâbord.
PEISSON, Parti de Liverpool, 1932, p. 152.
3. [Dans un domaine plus abstr., en parlant d'une démarche de l'esprit]
a) S'arrêter sur. S'appesantir sur quelque chose, l'étudier de près :
41. Plutôt que de nous arrêter en détail sur tous ces satellites, nous essaierons de distinguer les étapes et les enchaînements qui constituent ce que l'on pourra appeler une histoire.
Hist. gén. des sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 581.
b) S'arrêter à + compl. autre que compl. de lieu.
♦ [Le compl. désigne les moyens d'action] Se décider, choisir, se fixer, pour se déterminer :
42. Les travaux à la suite desquels la volonté peut ainsi s'arrêter fermement à une résolution difficile, pénible, sont comparables à un vannage de grains. L'idée qui domine est enveloppée, perdue, parmi une foule de petites idées secondaires, contradictoires, qui se pressent toutes à la fois, qu'il faut secouer longtemps avant qu'elles s'écoulent et disparaissent, laissant enfin l'autre seule, nette, évidente.
DURANTY, Le Malheur d'Henriette Gérard, 1860, p. 319.
S'arrêter à + inf. ou subst. Arrêter son esprit à quelque chose. S'attarder à :
43. ... le monde n'avait pas été l'ouvrage d'un instant, mais (...) Dieu l'avait produit dans un ordre progressif distribué en six époques que l'écriture appelle des jours. Je ne m'arrêterai pas à vous exposer cet ordre qui est connu de vous, ni à le justifier. La science s'en est chargée depuis un demi-siècle; ...
LACORDAIRE, Conf. de Notre-Dame, 1848, p. 224.
S'arrêter à. Prêter attention à, avoir égard à :
44. L'homme pur et qui s'est préservé des souillures, est brillant comme la lumiere. Il est une arme tranchante, comme le diamant; il dissipe et consume tout devant lui, comme le feu. Ne t'arrête point aux apparences, ni aux similitudes; ne te donne point de repos, que tu n'aies atteint jusqu'aux réalités dans tous les genres.
SAINT-MARTIN, L'Homme de désir, 1790, p. 401.
Rem. Un emploi subst. du part. prés. arrêtant en technol. et désignant une pièce métallique du métier à bas qui empêche un crochet de passer outre. Cet emploi est attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe s. ainsi que ds QUILLET 1965.
COMP. Arrête-convois, subst. masc.Mines (et carr.). Dispositif de sûreté destiné à prévenir (dans les transports souterrains sur les plans inclinés automoteurs) les conséquences d'une rupture de câble. Synon. parachute : ,,En cas de rupture du câble, on a cherché à prévenir les conséquences de l'accident. (...). Une solution complète du problème se trouve dans l'emploi des arrête-convois ou parachutes, intercalés entre l'extrémité du câble et chacun des trains. Un des plus anciens a été l'appareil Joniaux. Il consistait en un wagonnet spécial, à l'aide duquel le câble remorquait le train. L'attache avait lieu par l'intermédiaire d'un fort ressort, manœuvrant une ancre de marine. Lorsque le ressort était tendu par l'attelage, l'ancre se trouvait soulevée. Mais, en cas de rupture de câble ou d'attelage, le ressort reprenant vivement sa forme naturelle, l'ancre s'abattait et se piquait dans les traverses de la voie.`` (J.-N. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des Mines, 1905 p. 913). (1905, J.-N. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des Mines, p. 913); comp. de la 2e pers. impér. de arrêter (cf. arrête-bœuf) et de convoi.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[] ou [-e-], j'arrête []. PASSY 1914, GOUG. 1961 et Harrap's 1963 transcrivent l'inf. avec [] ouvert, DUB. et Pt ROB. avec [e] fermé. WARN. 1968 donne deux possibilités de prononc. : avec [] pour le lang. soutenu, avec [e] pour le lang. cour. 2. Homon. : arrête (j', il) et arête (de poisson). 3. Hist. — FÉR. 1768 rappelle que le verbe : ,,s'écrivait autrefois avec une s : arresté; [qu'] on lui a substitué le chevron sur l'ê``. Il ajoute qu',,on ne prononce qu'une r`` et que ,,l'ê est ouvert et long``. FÉR. Crit. t. 1 1787 note qu'il faut prononcer r ,,forte`` (cf. aussi GATTEL 1841). 2e syllabe longue également ds LAND. 1834, GATTEL 1841, NOD. 1844 et LITTRÉ. FÉL. 1851 transcrit [e] fermé pour la 2e syllabe, DG [] ouvert. Ces deux dict. n'indiquent plus la durée sur e. LITTRÉ enfin, souligne : ,,arê-té, et non ar-té faute commise dans plusieurs provinces``. Arrêtant. Seule transcription ds LITTRÉ : a-rê-tan.
ÉTYMOL. ET HIST.
A.— « Empêcher d'aller plus loin, suspendre le mouvement » 1. ca 1100 « suspendre sa marche » (Roland, éd. Bédier, 2450 : Quant veit li reis li vespres decliner, sur l'erbe verte descent li reis en un pred, Culchet sei a terre, si priet Damnedeu Que li soleilz facet pur lui arester, La nuit targer e le jur demurer); 2. ca 1160 « s'interrompre, suspendre une action » (Énéas, éd. Salverda de Grave, 1405 ds T.-L. : Enmi son conte s'arestait); 3. 1230 « mettre en prison » (Ch. de Thib. de Champ., A. mun. Troyes, lay. 2, 1 ds GDF. Compl. : S'il estoit pris et arestez por autre chose).
B.— « Maintenir dans un lieu » 1. ca 1130 « maintenir (qqn) fixé en un lieu » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 758 ds T.-L. : a l'estache leiez et arestez); 2. 1170 « séjourner, s'attarder » (CHR. DE TROYES, Cligès, éd. W. Foerster, 2398 ds T.-L. : Son fil qui an Bretaingne estoit, Ou mout volantiers s'arestoit); 3. 1160-74 « se tenir fixé, attaché (à une pensée) » (WACE, Rou, éd. H. Andresen III, 1017, ibid. : Arestez s'est a cest pensé); XIIIe s. « se décider » (G. LE CLERC, Fergus, éd. E. Martin, 107, 29, ibid. : A ço s'areste lor conseuls).
Du lat. pop. arrestare, composé de ad et du lat. class. restare « demeurer »; cf. ital. arrestare, esp., port. arrestar prov., cat. arestar.
STAT. — Arrêter. Fréq. abs. littér. :19 493. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 26 192, b) 30 190; XXe s. : a) 29 035, b) 26 912. Arrêtant. Fréq. abs. littér. :962. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 310, b) 2 079; XXe s. : a) 1 646, b) 867.
BBG. — BAUDR. Chasses 1834. — BÉL. 1957. — BRUANT 1901. — Canada 1930. — CHABAT 1881. — Chauss. 1969. — CRIQUI 1967 →. — DARM. Vie 1932, p. 168. — DUCH. 1967. — FRANCE 1907. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 9, 411. — JOSSIER 1881. — LARCH. 1880. — LE BRETON Suppl. 1960. — NOTER-LÉC. 1912. — PIERREH. 1926. — PIERREH. Suppl. 1926. — SANDRY-CARR. 1963.

arrêter [aʀete] v. tr.
ÉTYM. XIIe, arester; d'un lat. pop. arrestare; lat. class. restare « s'arrêter ». → Rester.
———
I V. tr.
A
1 Empêcher (qqn, qqch.) d'avancer, d'aller plus loin; suspendre le mouvement de…, faire rester sur place. Immobiliser, retenir. || Des agents arrêtent la foule. Contenir, maintenir. || Arrêter un passant pour lui parler ( Aborder, accoster…). || Arrêter son cheval, sa voiture. || Arrêter un navire en jetant l'ancre. Ancrer, mouiller, stopper. || Arrêter une automobile en freinant. Bloquer.
1 Sur le mulet du fisc une troupe se jette,
Le saisit au frein et l'arrête.
La Fontaine, Fables, I, 4.
2 (…) Ces paroles
Firent arrêter l'autre; il recula d'un pas.
La Fontaine, Fables, X, 1.
3 Elle veut fuir, mais son amant
L'arrête, et lui tient ce langage (…)
La Fontaine, les Filles de Minée.
4 Depuis trois ans dans Rome elle arrête vos pas (…)
Racine, Bérénice, I, 3.
5 On me laisse toujours seul; il n'y a pas moyen de les arrêter ici (mes gens).
Molière, le Malade imaginaire, I, 1.
6 Ils s'emportèrent au loin dans la plaine haute et voulurent s'emparer des canons ennemis, mais une des crevasses profondes dont le sol russe est sillonné les arrêta sous un feu meurtrier.
Ph.-P. Ségur, Hist. de Napoléon, IX, 2.
7 (…) je revins à leur rencontre ventre à terre; quand je fus près d'eux, je retins mon cheval lancé sur ses quatre pieds, et je l'arrêtai court : ce qui est, comme tu le sais ou comme tu ne le sais pas, un vrai tour de force.
Th. Gautier, Mlle de Maupin, VII.
Spécialt. (1901, in Petiot; football). Stopper (le ballon).
Arrêter un mécanisme, une montre, une machine…
8 La sensation qu'une machine s'est mise en marche, que dès maintenant, il n'est plus possible d'arrêter.
Montherlant, le Démon du bien, p. 58.
2 Interrompre ou faire finir (une activité, un processus). || Arrêter un écoulement. Contenir, endiguer, étancher, tarir. || L'hémorragie ne peut être arrêtée ( Incoercible). || Arrêter le cours direct de qqch. Intercepter, interrompre. || Les nuages arrêtent les rayons du soleil. || Un embouteillage arrête le trafic. || Un mur arrête la vue. Borner, cacher, limiter.
9 Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d'arrêter les rayons du soleil,
Brave l'effort de la tempête.
La Fontaine, Fables, I, 22.
10 (Il) fait couler des pleurs qu'aussitôt il arrête.
Racine, Andromaque, I, 1.
Fig. || Arrêter le cours, le flot, le progrès de qqch. || Arrêter le cours du temps, le temps.
11 Que la seule mort soit le terme
Qui puisse en arrêter le cours (des amours).
Malherbe, in Littré, art. Cours.
12 Ne disons plus que la mort a tout d'un coup arrêté le cours de la plus belle vie du monde; disons qu'elle a mis fin aux plus grands périls dont une âme chrétienne peut être assaillie.
Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Anne d'Angleterre.
13 (…) nous rappelons le passé, pour l'arrêter comme trop prompt.
Pascal, Pensées, II, 172 (→ Anticiper, cit. 1).
14 Quand voulez-vous aimer que dans votre printemps ?
Gardez-vous bien surtout de remettre à l'automne :
L'hiver vient aussitôt; rien n'arrête le temps.
La Fontaine, Clymène, 421 (→ Attendre, cit. 35).
15 Les générations des hommes s'écoulent comme les ondes d'un fleuve rapide; rien ne peut arrêter le temps, qui entraîne après lui tout ce qui paraît le plus immobile.
Fénelon, Télémaque, XIV.
16 De nos désirs errants rien n'arrête le cours;
Ce qui plaît aujourd'hui déplaît en peu de jours (…)
Saint-Évremond, in Richelet.
Fig. Faire cesser, mettre fin à, mettre un frein à (un sentiment, une tendance). Assujettir, contenir, enrayer, juguler, modérer, refréner, réprimer, retenir.
17 (…) Deux mots de ta bouche arrêtent sa colère.
Corneille, le Cid, II, 3.
18 Quand l'amour est bien fort, rien ne peut l'arrêter (…)
Molière, le Dépit amoureux, II, 1.
19 Pour moi, je crois qu'au Ciel tendent tous vos soupirs,
Et que rien ici-bas n'arrête vos désirs.
Molière, Tartuffe, III, 3.
20 J'ai trop souvent permis à ma raison d'arrêter l'élan de mon cœur.
Gide, les Nouvelles Nourritures, p. 118.
3 Interrompre, empêcher de s'accomplir (une action, un événement); par métonymie (littér.) empêcher d'agir (l'instrument de l'action : bras, main…). Suspendre.
21 (…) Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras !
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas (…)
Ronsard, Élégies, XXX.
22 Les prières devraient arrêter le bras du Seigneur.
Massillon, Temples.
23 Celui qui met un frein à la fureur des flots
Sait aussi des méchants arrêter les complots.
Racine, Athalie, I, 1.
24 Dans quelques-unes de ses meilleures pièces (celles de Corneille), il y a (…) un style de déclamateur qui arrête l'action et la fait languir (…)
La Bruyère, les Caractères, I, 54.
25 Notre destinée est déterminée par un geste, par un mot : au début le plus petit effort suffirait pour l'arrêter, puis un mécanisme géant est mis en mouvement.
A. Maurois, Climats, p. 132.
4 (Sujet en général n. de chose). Empêcher (qqn) d'agir ou de poursuivre son action. || Quelque chose l'arrête, l'arrête court. Entraver, paralyser, ralentir, rebuter, retarder, tenir en échec. || Rien ne l'arrête quand il a choisi. || Être, se trouver arrêté par un obstacle, une difficulté. Achopper, buter (contre).
26 (…) loin de m'arrêter, cet obstacle m'amorce.
Rotrou, Antigone, III, 5.
27 Je ne sais qui m'arrête et retient mon courroux (…)
Racine, Iphigénie, IV, 1.
28 L'indolence est la seule barrière qui vous arrête.
Massillon, Carême, Tiédeur.
29 Souvent l'on trouvait de l'eau en quantité qui arrêtait tout court les ouvriers et semblait devoir les rebuter pour toujours.
Rollin, Histoire ancienne, Œ., t. I, p. 213.
30 Il faut ne pas porter en soi-même une conscience et des scrupules qui vous arrêtent à moitié chemin.
Mme de Staël, De l'Allemagne, I, II, Mœurs.
31 Il fut tout près de mettre fin à sa vie. Seul son inflexible sentiment moral l'arrêta.
R. Rolland, Vie de Beethoven, p. 20.
Empêcher (qqn) de parler, de poursuivre un discours. Couper (la parole), interrompre.
(Le compl. désigne le discours) :
32 (…) jamais une indiscrète censure ne venait arrêter son babil.
Rousseau, Émile, IV.
5 Appréhender (qqn) au corps, retenir prisonnier. Appréhender, capturer, emprisonner; emparer (s'), empoigner (→ Mettre la main au collet, le grappin sur qqn; fam. ou argot : agrafer, alpaguer, arnaquer, arquepincer, attraper, chauffer, choper, coffrer, cueillir, emballer, embarquer, encadrer, épingler, harponner, paumer, pincer, piquer, poisser, sauter). || Il s'est fait arrêter par surprise. Prendre. || La police vient de l'arrêter.
33 Le Roi voulait l'arrêter (Foucquet) dans Vaux (…)
Racine, Notes historiques.
34 Nous étions sans passeport, et on nous arrête.
Loti, Aziyadé, III, 63.
35 Seront punis de la peine des travaux forcés à temps ceux qui, sans ordre des autorités constituées et hors les cas où la loi ordonne de saisir des prévenus, auront arrêté, détenu ou séquestré des personnes quelconques.
Code pénal, art. 341 (→ Arrestation).
36 Tout inculpé arrêté en vertu d'un mandat d'amener qui (…) aura été maintenu pendant plus de vingt-quatre heures dans la maison de dépôt ou d'arrêt sans avoir été interrogé par le juge d'instruction ou conduit (…) devant le procureur de la République, sera considéré comme arbitrairement détenu.
Code d'instruction criminelle, art. 93.
Admin. || Arrêter une lettre, la saisir. || La censure a arrêté sa lettre. || Un colis arrêté à la douane; arrêté dans une gare ( Souffrance : en souffrance).
REM. Ce sens correspond à arrestation, et à arrêt I., 5.
6 Spécialt, fam. Interrompre l'activité de (qqn) par un arrêt de travail. || Le docteur m'a arrêté pour quinze jours. || Se faire arrêter.(Passif). || Être arrêté. → En arrêt (de travail, de maladie).
B
1 Empêcher (qqch.) de bouger, de remuer, maintenir en place. Assujettir, fixer, maintenir, retenir. || Arrêter les volets au mur. Accrocher. || Arrêter une roue au moyen d'un sabot, d'un frein, d'une chaîne. Enrayer. || Le cliquet arrête la roue. Bloquer. || Le taquet arrête la planche, il la supporte, la soutient. aussi Consolider. || Arrêter un point (en cousant) : faire un nœud pour que le fil ne s'échappe pas. || Arrêter les mailles d'un tricot.
2 Vx. || Arrêter qqn, l'attacher durablement. Captiver, retenir. || Arrêter qqn dans ses fers : attacher qqn par un amour fidèle, conserver son attachement, son amour.
37 Vous ne prétendiez point m'arrêter dans vos fers.
Racine, Andromaque, IV, 5.
(Sujet nom de chose). Retenir (qqn).
38 Ne sentirai-je plus de charme qui m'arrête ?
Ai-je passé le temps d'aimer ?
La Fontaine, Fables, IX, 2.
39 (…) des choses de nulle importance ne sont pas moins capables de les arrêter (…)
Descartes, les Passions de l'âme, II, 78 (→ Admiratif, cit. 1).
REM. À la différence du sens A., 5. ci-dessus, cet emploi implique la durée.
3 Vx ou littér. Tenir fixé sur. || Arrêter ses yeux, ses regards sur qqch. Fig. || Arrêter son attention, sa pensée, son esprit sur… Attacher, fixer.
40 Pensez-vous qu'oubliant ma fortune passée,
Sur ma seule grandeur j'arrête ma pensée ?
Racine, Bérénice, III, 1.
41 Si l'on arrête les yeux sur le monde actuel (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, IV, 10.
42 L'abbé venait d'arrêter sur le visiteur son regard brumeux…
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, IV, 2.
Arrêter son choix, sa décision, son parti sur… Fixer.
4 Choisir (en fixant sa décision), décider. || Arrêter un appartement, décider de le prendre pour soi. Retenir.Vx. (Compl. n. de personne). || Arrêter un domestique. Engager.
43 Avez-vous arrêté un logis ?
Molière, Monsieur de Pourceaugnac, I, 3.
44 J'ai arrêté encore un Maître de philosophie (…)
Molière, le Bourgeois gentilhomme, I, 2.
Mod. || Arrêter le lieu, le jour d'un rendez-vous. || Arrêter les termes d'un accord. Convenir, décider, déterminer, fixer, régler. || Arrêter un marché. Conclure. || Arrêter un compte, un bilan. Clore, fermer.
45 Je suis dans l'embarras d'arrêter un grand compte de dix-neuf années.
Mme de Sévigné, Lettres, 427.
46 Après avoir longtemps consulté, ils arrêtèrent (…)
Vaugelas, Trad. Quinte-Curce, 318.
47 (…) je me dirigeai seul (…) sans arrêter aucun projet dans ma tête troublée (…)
Loti, Aziyadé, IV, 2.
Arrêter que… Décider, résoudre. || Il a été arrêté qu'on se réunirait chez vous. || Ils ont arrêté d'agir ensemble.
48 Et comme si du sort il était arrêté,
Que nul homme ici-bas n'en serait exempté (…)
Molière, l'École des femmes, IV, 7.
Arrêter de… (et inf.) : décider. || Nous avons arrêté de…
5 Spécialt. Prendre un arrêté (correspond à arrêté, et à arrêt, III.). || Le ministre, le préfet, le maire arrête telle chose, arrête que…
———
II V. intr. ou absolt.
A
1 Cesser d'avancer, faire halte. || Dites au chauffeur d'arrêter. || Voulez-vous arrêter ? || Je me fis arrêter devant la maison. Déposer.
49 Car, pour moi, j'ai certaine affaire
Qui ne me permet pas d'arrêter en chemin.
La Fontaine, Fables, III, 5.
2 Cesser de parler ou d'agir. || Arrêtez ! N'allez pas plus loin. || Arrêtons là ! || Il travaille sans cesse, il n'arrête pas.
50 Ah ! de grâce, arrêtez. L'offense est trop petite pour un courroux si grand.
Molière, le Sicilien, 15.
51 Arrêtons ici, Chrétiens; et vous, Seigneur, imposez silence à cet indigne ministre, qui ne fait qu'affaiblir votre parole.
Bossuet, Oraison funèbre de Anne de Gonzague.
52 Arrêtez : malheur à l'homicide !
Le sang retombera sur sa tête perfide.
Des lois et non du sang : ne souillez pas vos mains.
M.-J. de Chénier, Caïus Gracchus, II, 2.
3 Arrêter de… Cesser. || Il arrêta brusquement de gesticuler.|| « Ils n'arrêtaient pas de fumer » (Mauriac). || On n'arrête pas de vous le dire.Arrête de faire l'idiot ! → ci-dessous S'arrêter.
B Chasse (emploi absolu). || Un chien qui arrête bien (le gibier). Arrêt.
53 Qu'importe à l'État qu'Ergaste soit riche, qu'il ait des chiens qui arrêtent bien (…)
La Bruyère, les Caractères, X, 8.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
s'arrêter v. pron.
1 Interrompre sa marche, son mouvement, ne pas aller plus loin. || S'arrêter en chemin. || Passer sans s'arrêter. || S'arrêter, descendre, mettre pied à terre pour se reposer, respirer, reprendre haleine. Arrêt, halte (faire). || La voiture s'est arrêtée. || Le train s'est arrêté contre le butoir. || J'ai fait signe au taxi, mais il ne s'est pas arrêté, il est passé sans s'arrêter. || Le bateau s'est arrêté dans le port. Relâcher. || Le lièvre s'arrête de lassitude. Relaisser (se). || S'arrêter longtemps en un lieu. Camper, demeurer, fixer (se), planter (se), rester, séjourner, stationner.
54 L'empereur s'était arrêté à Lyadi, à quatre lieues du champ de bataille; la nuit venue, il apprend que Mortier, qu'il croit derrière lui, l'a dépassé.
Ph. P. Ségur, Hist. de Napoléon, X, 6.
55 Sans m'arrêter et sans me reposer, je puis
Combattre quatre jours encore, et quatre nuits.
Hugo, la Légende des siècles, IV, 2.
56 On s'arrête, on s'assied, on voit passer la foule,
Qui sur l'étroit degré se coudoie et se foule (…)
Lamartine, Harmonies…, III, 6.
57 Je m'arrête vraiment à tout bout de champ; ici, j'y suis depuis huit jours, et ne sais encore quand j'en partirai.
P.-L. Courier, II, 63.
58 Notre forme au soleil nous suit, marche, s'arrête,
Imite gauchement nos gestes et nos pas.
Sully-Prudhomme, l'Ombre.
59 Elle s'arrêta, étourdie par les battements de son cœur, qui sonnait à toute volée dans sa poitrine.
France, le Lys rouge, p. 300.
Fig. S'arrêter en bon chemin : renoncer à une entreprise qui avait bien commencé, dont le succès semblait assuré.
S'arrêter (en parlant d'un mécanisme) : ne plus fonctionner. || Ma montre s'est arrêtée.
2 S'interrompre ou finir (processus, action). || Le bruit s'est arrêté.Cesser de couler. || L'hémorragie s'est arrêtée. Cesser de passer. || Les aliments s'arrêtent à ma gorge.
60 J'avais beau vouloir faire bon visage au réveillon, tout ce que je mangeais s'arrêtait à ma gorge et malgré mes efforts pour être calme, j'arrosais mon pâté de larmes silencieuses.
Alphonse Daudet, le Petit Chose, p. 357.
Fig. En parlant du temps.
61 J'ai cru sentir le temps s'arrêter dans mon cœur.
A. de Musset, Lettre à Lamartine (→ Accent, cit. 10).
3 a (Sans compl.). Cesser d'agir, d'exercer une action (en partic. pour les personnes). Cesser, terminer (et se terminer).
62 Arrêtez-vous, Seigneur, et d'une âme apaisée
Souffrez que je vous livre une vengeance aisée.
Corneille, Polyeucte, V, 6.
63 C'est une chose très délicate de bien poser le point auquel les lois de la nature s'arrêtent, et où les lois civiles commencent.
Montesquieu, l'Esprit des lois, XXVI, 14.
Cesser de parler. || S'arrêter court, net, brusquement, jusqu'à oublier ce qu'on voulait dire.
64 Il s'arrêta net. Mon regard lui cloua ses phrases menteuses sur les lèvres.
Alphonse Daudet, le Petit Chose, p. 163.
Spécialt. Cesser momentanément son travail; bénéficier d'un arrêt de travail.
b S'arrêter de… (et inf.) → ci-dessus II., A., 3. : arrêter de…
4 Prendre son parti, fixer son choix. Décider (se), déterminer (se). || Son choix s'est arrêté sur cette voiture.Vx :
65 Et quel est le dessein où votre âme s'arrête,
Madame ?
Molière, Tartuffe, III, 4.
66 Entre ces deux partis il en est un honnête,
Où dans l'occasion l'homme prudent s'arrête (…)
Molière, l'École des femmes, IV, 8.
5 S'arrêter à… : avoir égard, prendre garde, faire attention (à). || Il ne faut pas s'arrêter aux apparences. || S'arrêter à bien peu de chose.
67 Quoi ? vous vous arrêtez aux songes d'une femme !
Corneille, Polyeucte, I, 1.
68 Vous moquez-vous ? est-ce qu'entre amis on s'arrête à ces sortes de scrupules ?
Molière, le Bourgeois gentilhomme, III, 6.
69 Ne vous arrêtez point à ses froideurs passées.
Racine, Bajazet, V, 6.
6 Vx (langue class.) ou littér. || S'arrêter à, sur… : s'appesantir, insister (sur). Attarder (s') à. || S'arrêter sur une pensée. Méditer, réfléchir.
70 (…) sans s'arrêter trop longtemps à une même matière (…)
La Fontaine (→ Abeille, cit. 12).
71 Je n'entreprends point de vous écrire le détail de toutes ces merveilles (…) et je m'arrête à la comédie dont, par avance, vous me demandez des nouvelles.
Molière, le Grand Divertissement royal.
72 Je ne puis m'arrêter sur cette pensée sans avoir grand besoin de vos sermons (…)
Mme de Sévigné, 452, 2 oct. 1675.
——————
arrêté, ée p. p. adj.
ÉTYM. (Fin XIIe).
1 Qui a été convenu, décidé, entendu, fixé, prévu par un accord. || C'est une chose arrêtée, une affaire arrêtée, il n'y a plus à y revenir. || À jour arrêté. Déterminé.
73 Il fallait donc qu'elle eût un séjour affecté,
Un séjour d'où l'on pût en toutes les familles
L'envoyer à jour arrêté.
La Fontaine, Fables, VI, 20.
Spécialt. (1902, in Petiot; sports). || Départ arrêté : le concurrent attend, immobile, le signal du départ.
2 Qui est établi, définitif. || Le bilan arrêté en fin d'exercice.
3 Inébranlable, irrévocable, en parlant des idées, des décisions. || Des opinions, des principes arrêtés. Absolu, fixe, immuable. || Un dessein bien arrêté, une volonté bien arrêtée. Ferme, inébranlable, irrévocable, résolu.
74 Sans doute ils n'ont aucun dessein d'arrêté.
Pascal, les Provinciales, 5.
75 (…) tout est vain en nous, excepté le sincère aveu que nous faisons devant Dieu de nos vanités et le jugement arrêté qui nous fait mépriser tout ce que nous sommes.
Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Anne d'Angleterre.
76 Ils sont venus dans le pays avec l'idée bien arrêtée d'y faire fortune, et rapidement.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 719.
77 — Que comptez-vous faire de lui ? demanda le docteur. — Il n'a que sept ans, docteur, répondit Mme Santeuil. Mais nous avons pourtant sur son avenir des idées très arrêtées.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 202.
Rare (personnes). Déterminé.
78 Cependant, c'est un égoïste bien arrêté, mais un égoïste sous forme sentimentale (…)
Barbey d'Aurevilly, Premier Mémorandum 1836-1838, p. 138.
Peint. || Un dessin arrêté, achevé, terminé auquel il n'y a plus rien à retoucher (par oppos. à croquis, ébauche, esquisse).
CONTR. Actionner, accélérer, activer, aller, animer, brûler (l'étape), continuer, couler, déclencher, développer (se), écouler (s'), hâter, mettre (en branle, en mouvement), mouvoir, passer, poursuivre, remuer, reprendre (sa marche). — Élargir, libérer, relâcher (un prisonnier).
DÉR. Arrêt, arrêté, arrêtoir. — V. Arrestation.
COMP. Arrête-bœuf.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • arrêter — ARRÊTER. v. a. Empêcher la continuation d un mouvement, le cours, le progrès de quelque chose, l écoulement de quelque liqueur. Arrêter une horloge. Arrêter un homme qui s enfuit. Arrêter un cheval, l arrêter tout court. Arrêter l eau par le… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ARRÊTER — v. a. Empêcher la continuation d un mouvement, le cours, le progrès de quelque chose, l écoulement de quelque liqueur. Arrêter une horloge. Arrêter un homme qui s enfuit. Arrêter les pas de quelqu un. Arrêter quelqu un dans sa marche, dans sa… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • arrêter — (a rê té, et non ar té, faute commise dans plusieurs provinces) v. a. 1°   Empêcher d avancer, de marcher, retenir. Arrêter un vaisseau. La flotte était arrêtée par le mauvais temps. La foule l arrêta quelque temps à son entrée. Le retranchement… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ARRÊTER — v. tr. Empêcher quelqu’un ou quelque chose de continuer sa marche en avant. Arrêter un passant, un cheval. S’arrêter quelques jours dans une ville. S’arrêter quelques instants. S’arrêter au milieu d’un récit. Arrêter une pendule. L’horloge s’est… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • arrêter — vt. ; stopper ; cesser ; interrompre : arêhhâ (Peisey), arèrhâ, arèshâ (Montagny Bozel.026), aréssâr (Ste Foy), ARÉTÂ (Aix, Albanais.001, Annecy.003, Arvillard.228, Bellecombe Bauges, Bellevaux, Bogève.217, Chambéry.025, Combe Si.018b, Compôte… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • arrêter — фр. [арэтэ/] остановиться см. также arrêt …   Словарь иностранных музыкальных терминов

  • Arrêter le regard, l'esprit, etc., de quelqu'un — ● Arrêter le regard, l esprit, etc., de quelqu un retenir son attention, son intérêt …   Encyclopédie Universelle

  • Arrêter les frais — ● Arrêter les frais cesser de dépenser de l argent ; cesser de se donner du mal inutilement …   Encyclopédie Universelle

  • Arrêter ses soupçons sur quelqu'un — ● Arrêter ses soupçons sur quelqu un le soupçonner …   Encyclopédie Universelle

  • Arrêter, fixer, porter son choix, faire son choix — ● Arrêter, fixer, porter son choix, faire son choix choisir, se décider (pour quelque chose, quelqu un) …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.